dimanche 22 février 2015



Ma recherche révèle mon intérêt pour les résidus, les reliques, le rapport entre biologie ou archéologie, les cabinets de curiosités. Mon travail procède d’une désacralisation de tout ce qui entoure les résidus corporels, il se dirige vers une nouvelle perception du corps; je donne ainsi une nouvelle existence, une deuxième destinée à ces résidus organiques sans vie. Les résidus, qui représentent la mémoire de nous-mêmes, sont détournés, en démontrant qu’ils possèdent une autre vie au-delà de leur fonction initiale. J'utilise donc mes propres cheveux et les cheveux des autres comme  matière première en leur conférant une dimension plastique, mais aussi parce qu'ils possèdent une charge spirituelle importante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire